CETTE PAGE EST UNE ARCHIVE. CONSULTEZ S.V.P. LA NOUVELLE VERSION DU SITE A L'ADRESSE

http://www.etudes-episteme.org
16 - 2009 - A. Efstathiou-Lavabre

Athéna Efstathiou-Lavabre, Richard Brome et la catharsis comique : théorie des semblables ou théorie des contraires ? p. 2

> Lire le résumé et la notice
> Télécharger l'article pdf
> Retour au sommaire

 

 

Résumé

Richard Brome (1590?-1652) nourrit l’ambition de guérir ses personnages, Peregrine, Joyless, Oldrents, etc. Cela étant dit, puisqu’il s’agit d'abord de guérir des personnages et non pas des personnes, il semble préférable de substituer au terme de catharsis comique, celui, sans doute plus approprié, de catharsis comique fictive. Je me contenterai donc ici de traiter de cette catharsis comique fictive, qui est avérée puisque les personnages guérissent bien dans le cadre de la fiction – contrairement à la catharsis comique réelle, dont l’effet sur les spectateurs réels demeure strictement spéculatif. Dans ce dessein, je reviendrai brièvement sur la notion de catharsis telle qu’elle est désignée par Aristote dans la Poétique avant de rappeler l’interprétation qui en est faite par des théoriciens des XVIe et XVIIe siècles, surtout sur le continent. Il sera ensuite question d’examiner le mode opératoire de cette catharsis comique fictive à travers la moins méconnue des comédies de Brome, en tout cas la plus aboutie sur le plan dramaturgique, The Antipodes (1636), en tentant de vérifier s’il elle s’apparente à l’une ou à l’autre des théories hippocratiques, qui sont souvent opposées alors qu’elle ne sont peut-être que complémentaires : la théorie des semblables et théorie des contraires. 

 

Abstract

Richard Brome (1590?-1652) often nurtures the hope of curing his characters, such as Peregrine, Joyless, Oldrents and others. And since it is characters he hopes to cure, not people, it would be preferable to replace the term comic catharsis with an unquestionably more appropriate one, fictional comic catharsis. In this paper, then, it is fictional comic catharsis that I will analyse, the fictional component being demonstrated by the fact that Brome’s characters are cured in a fictional context, unlike true comic catharsis, whose effect on the actual audience remains highly speculative. With this in mind, I will touch briefly on the notion of catharsis as expounded by Aristotle in his Poetics, before considering the interpretation of the term by 16th and 17th century theorists, especially those on the continent. I then wish to consider the way in which fictional comic catharsis operates, through an analysis of Brome’s least neglected and, from a dramaturgical perspective, most accomplished comedy, The Antipodes (1636). And I will attempt to establish if it is similar to either of the two Hippocratic theories which are often seen as opposites, though perhaps they are complementary, that is, the theory of similitude and the theory of contraries.


Athéna Efstathiou-Lavabre

 

Certifiée d’anglais et docteur ès lettres (thèse soutenue sur l'œuvre dramatique de Richard Brome, dir. Gisèle Venet) Athéna Efstathiou-Lavabre enseigne l’anglais à Université de Paris Ouest-Nanterre la Défense et à l'École Polytechnique. 

 

Article complet au format PDF
N.B. Si la fenêtre ci-dessous ne s'ouvre pas correctement, vous pouvez télécharger manuellement l'article en cliquant ici

 


Date de création : 08/11/2009 @ 15:14
Dernière modification : 06/12/2009 @ 23:14
Catégorie :
Page lue 946 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^