CETTE PAGE EST UNE ARCHIVE. CONSULTEZ S.V.P. LA NOUVELLE VERSION DU SITE A L'ADRESSE

http://www.etudes-episteme.org
Calendrier

Institut du Monde Anglophone

Université Sorbonne Nouvelle- Paris III,

Séminaire Epistémè (Responsable : Line Cottegnies)

EA 4398 : PRISMES / PEARL

http://www.etudes-episteme.org

 

 

CALENDRIER 2009-2010

 

 

 

1. Vendredi 2 octobre : Demi-journée d’étude (atelier poésie), « Ut Musica poesis (première session) : Poésie et voix dans la poésie de la Renaissance au XVIIe siècle. (Angleterre et France) », 14 h 30-18h00, Institut du Monde anglophone (salle 16). (Responsables: Laïla Ghermani, Line Cottegnies, Christine Sukic.) Programme:

 

Anne-Marie Miller Blaise : « ‘The name of Psalmes will speak for me’: Le rôle des Psaumes dans la théorisation sidneyienne du lyrisme poétique ».

 

Laïla Ghermani: « L'enargeia musicale : les modalités d'une ut musica poesis dans The Arte of English Poesie de George Puttenham ».

 

Claire Bardelmann, « Musique et Poésie dans l'Harmonie Universelle de Marin Mersenne ».

 

 

L'atelier a porté sur les fondements poétiques et théoriques d’un ut musica poesis, autrement dit, sur les principes théoriques qui permettraient de penser la poésie comme un art vocal, oral et musical durant la période qui nous intéresse.  On se propose d’explorer le thème de la relation de la poésie à la voix. Pourtant de la Renaissance au XVIIIe siècle, le grand principe qui est censé donner son cadre et son modèle à la poésie est l'"ut pictura poesis " d’Horace. La poésie est d'abord pensée par référence aux arts visuels. Qu’en est-il alors de la place de la voix physique et de la musicalité dans la poésie anglaise et europénne?

 

 

2. Séminaire reporté en mai. La date sera précisée ultérieurement : Séminaire, Marie-Alice Belle, « L’étude des traductions de L’Eneide de Virgile aux 16e et 17e siècles : questions de méthodologie », Institut,  salle 16, 18 h 00 – 20 h 00.

 

 

3. Samedi 27 mars 2010 : Demi-journée d’étude (atelier poésie), « Ut Musica poesis (deuxième session) : Poésie et voix dans la poésie de la Renaissance au XVIIe siècle. (Angleterre et France) », 14 h 00 – 17 h 00.

L'Atelier "Ut musica poesis" du groupe Epistémè se déroulera à
l'Institut du monde Anglophone, 5 rue de l'Ecole de Médecine, 75005,
Paris, salle 15, le vendredi 26 mars à partir de 9h30.

Le programme sera le suivant:

9h30 Anne-Marie Blaise-Miller (Université Paris IV, Anglais) (titre
provisoire) "Le rapport entre poétique et musique dans la traduction
des psaumes de Mary Sidney"

10h15 Fabien Delouve (Université Paris 8, Musicologie) "Le choix du
mode musical comme geste compositionnel poético-rhétorique des monodies
accompagnées. L'exemple de Giulio Caccini (c.1550-1618)"

11h00 Sarah Nancy (Université Paris III, Lettres) "Plaisir du chant,
plaisir du texte? l'exigence d'intelligibilité dans la tragédie en
musique aux 17e et 18e siècles"

Synthèse et questions

Coordination: Laïla Ghermani (Université Paris XIII)

 

 

 

4. Vendredi 14 mai 2010 : Journée d’éude sur les « Femmes et écriture de l’histoire : Les femmes témoins de l'histoire » (2e volet), 16e-18e, 9 h 00 – 18 h 00, Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais. En collaboration avec le CREA XVIII.

 

La première journée d'étude consacrée à l'écriture de l'histoire au début de l'époque moderne a mis en relief que l'activité des femmes dans les genres historiques dominants que sont la chronique, l'historiographie officielle, l'histoire religieuse, l'histoire politique est à la fois ponctuelle et discontinue. Cependant, même si les femmes n’écrivent pas l’Histoire comme les hommes, leur présence sur la scène de l’histoire, ou au contact de ceux qui la font, les autorise à livrer des récits précis sur le passé proche ou immédiat. Ces spectatrices engagées, prêtes à souffrir au nom de la vérité qu’elles décrivent, sont les auteurs d’importants témoignages que cette seconde journée voudrait examiner. Il semble essentiel, pour mieux comprendre la lecture que les femmes font du passé, de revenir sur les genres en marge de l’historiographie officielle qu’elles privilégient : les correspondances, les mémoires, le journalisme au féminin, la production pamphlétaire, la littérature dévotionnelle (prophétie, traités, autobiographie, poésie). On pourra s’intéresser par exemple à la nature des événements qu’elles choisissent de rapporter, au regard qu’elles portent sur le passé, ainsi qu'à leur rapport à la vérité historique à une période où l'on s’interroge tout particulièrement sur son  statut.

 

5. Vendredi 11 juin 2010 : Journée d’étude, « Poétique de la catastrophe : histoire et représentations du régicide », 10 h 00 – 17 h 00, Maison de la recherche, 4 rue des Irlandais. Programme à préciser.

 

En 1649, l’événement impensable qu’est la mise à mort d’un roi  chrétien par son peuple frappe toute  l’Europe de stupeur. Il hantera l’imaginaire de plusieurs générations, tout comme la mort de Marie Stuart avant lui. Ces deux événements donnent lieu à une littérature et une iconographie abondantes, sans compter les ouvrages de polémique : récits pamphlétaires romancés ou dramatisés, innombrables élégies ou oraisons funèbres, dont beaucoup, en Angleterre, restent anonymes, ballades, récits de fiction, pièces de théâtre... Cette journée d’étude sera consacrée aux représentations littéraires de ces deux régicides aux 16e et 17e siècles, en Angleterre et en Europe. On s’intéressera tout particulièrement aux stratégies discursives mises en œuvre pour thématiser ou sublimer la « catastrophe », ce sentiment d’effondrement ou de sidération qui accompagne la mise à mort du monarque.

 

 

 

 


Date de création : 01/07/2008 @ 22:13
Dernière modification : 24/03/2010 @ 19:20
Catégorie :
Page lue 2119 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^