CETTE PAGE EST UNE ARCHIVE. CONSULTEZ S.V.P. LA NOUVELLE VERSION DU SITE A L'ADRESSE

http://www.etudes-episteme.org
13 - 2008 - Teresa Chevrolet

Teresa Chevrolet, «Che cosa è questo purgare?». La catharsis tragique d’Aristote chez les poéticiens italiens de la Renaissance, p. 37

> Lire le résumé et la notice
> Télécharger l'article pdf
> Retour au sommaire



Résumé

La catharsis, notion popularisée dès 1548 par les éditions de la Poétique d’Aristote, connaît, à la Renaissance, des interprétations ambiguës : tantôt appréhendée sur le plan moral, comme purification des passions, tantôt sur le plan médical, où elle prend alors le sens de purgation, elle n’a laissé aucun théoricien indifférent, et chacun s’est appliqué à l’utiliser pour promouvoir sa propre vision de la littérature dramatique. L’article explore les différents glissements de ce terme chez les poéticiens renaissants du XVIe siècle, premiers commentateurs de la Poétique d’Aristote, dont certains furent aussi les premiers à rappeler tout ce que la catharsis doit à l’ancienne médecine grecque.


Abstract

The notion of catharsis was popularized as early as 1548 through the various editions of Aristotle's Poetics. During the Renaissance, it was interpreted in an ambiguous way: it was either understood in a moral sense, as a purification of passions, or in a medical way, as a purgation. All theoreticians of literature were interested in that notion, as it helped them define their own vision of dramatic literature. This article explores the different developments of the term by the Renaissance theoreticians of poetry in the 16th century, and more especially the commentators of Aristotle's Poetics, who sometimes envisaged the notion of catharsis in the context of ancient Greek medicine.


Teresa Chevrolet

Teresa Chevrolet est chargée de cours au Département de Français moderne de l’Université de Genève. Elle est l'auteur de l’Idée de fable, Théories de la fiction poétique à la Renaissance (Genève, Droz, 2007, 768 p) et travaille notamment sur les théories de l’inspiration à la Renaissance en relation avec les théories médicales ("La Mélancolie blanche : physiologies de l’inspiration poétique à la Renaissance", Versants, n°26, 1993, pp. 67-94, ou "Le daimon qui préside aux Muses : Démonologie et inspiration à la Renaissance", in L’Inspiration, Le Souffle créateur dans les arts, littératures et mystiques du Moyen Age européen et proche oriental, éd. C. Kappler et R. Grozelier, Paris, L’Harmattan, 2006).


Article complet au format PDF
N.B. Si la fenêtre ci-dessous ne s'ouvre pas correctement, vous pouvez télécharger manuellement l'article en cliquant ici ou le récupérer en cliquant sur l'icône "Télécharger les articles" située tout en haut de la page.


Date de création : 30/06/2008 @ 16:24
Dernière modification : 30/06/2008 @ 22:05
Catégorie :
Page lue 2450 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^