CETTE PAGE EST UNE ARCHIVE. CONSULTEZ S.V.P. LA NOUVELLE VERSION DU SITE A L'ADRESSE

http://www.etudes-episteme.org
10 - 2006 - Florence March

Florence March, Farce, satire et science dans The Emperor of the Moon (1687) d'Aphra Behn, p. 99-115.

> Lire le résumé et la notice
> Télécharger l'article pdf
> Retour au sommaire



Résumé français

Comme son titre l'indique, The Emperor of the Moon: A Farce (1687) d'Aphra Behn consiste en une mise en scène satirique de l'astronomie nouvelle, et plus généralement de la science expérimentale, même si par un phénomène de contamination l'astrologie, l'alchimie et la doctrine occulte de la Rose-Croix sont également visées. Si le sujet n'est pas neuf, tant s'en faut, Behn en renouvelle l'approche avec succès. Ainsi, la spécificité de la pièce ne réside pas tant dans la mise en scène d'un contenu scientifique que dans le travail de la dramaturge sur les codes et les méthodes communs à la farce et à la science nouvelle et qui servent de relais à la satire. Nous tenterons de montrer comment l'imbrication étroite des codes générique, satirique et scientifique participe d'un projet dramaturgique original, qui renouvelle la mise en scène de la satire de la science. Trois vecteurs communs, qui traversent l'œuvre comme autant d'éléments structurants et lient étroitement le fond et la forme, nous semblent particulièrement significatifs: la surenchère spectaculaire, la question du regard et la stratégie du nivellement par le bas.


Résumé anglais

As suggested by its title, The Emperor of the Moon: A Farce (1687) by Aphra Behn consists of a satirical staging of the New Astronomy and, on a wider scale, of experimental science, even though, by a process of contamination, astrology, alchemy and Rosicrucianism are also inevitably targeted. Although the subject-matter is far from new, Behn deals with it in an entirely original way. Thus the play is not so much characterized by the staging of scientific phenomena as by the dramatist's exploitation of the codes and methods common to farce, satire and the so-called New Science. I will attempt to show how the close interweaving of the generic, satirical and scientific codes results in a new, stimulating staging of the satire of science. Three main strategies prove of particular interest, as they underlie the whole play and closely connect form and content, thus providing a structuring function: the ever-increasing use of the spectacular dimension, the significance of observation, and eventually, the levelling-down strategy.


Florence March

Florence March est agrégée d'Anglais et Maître de Conférences à l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse où elle enseigne le théâtre anglais. Elle est membre de l'Institut de Recherche sur la Renaissance, l'Âge Classique et les Lumières (UMR 5186 du CNRS). Auteur d'une thèse sur "La Théâtralité de la comédie de la Restauration anglaise, 1660-1710" et d'une quinzaine d'articles sur le théâtre de la Restauration et de la Renaissance, elle s'intéresse plus particulièrement à la spécificité du théâtre, à la fois genre littéraire et art du spectacle, aux notions de théâtralité, de contrat de spectacle et de mise en espace du texte.


Article complet au format PDF
N.B. Si la fenêtre ci-dessous ne s'ouvre pas correctement, vous pouvez télécharger manuellement l'article en cliquant ici ou le récupérer en cliquant sur l'icône "Télécharger les articles" située tout en haut de la page;


Date de création : 19/11/2006 @ 21:06
Dernière modification : 05/10/2007 @ 22:17
Catégorie :
Page lue 1858 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^