CETTE PAGE EST UNE ARCHIVE. CONSULTEZ S.V.P. LA NOUVELLE VERSION DU SITE A L'ADRESSE

http://www.etudes-episteme.org
9 - 2006 - Tony Gheeraert

Tony Gheeraert, Pascal et les reines de village: baroque et maniérisme à Port-Royal, p. 285.

> Lire le résumé et la notice
> Télécharger l'article pdf
> Retour au sommaire



Résumé français

La question du baroquisme des Pensées agite la critique depuis plusieurs décennies : Pascal est-il baroque ou classique ? Pascal apparaît classique lorsqu’on considère ses positions théoriques sur le style, mais son écriture regorge pourtant de ces figures hardies qu’il condamne sans appel lorsqu’il les trouvent chez des auteurs jésuites, et son imaginaire est par ailleurs hanté par une thématique violemment baroquisante. Pour trouver la clef de ces contradictions, il convient de substituer à la dichotomie baroque/classique une triade qui fasse intervenir une troisième catégorie, celle de maniérisme. Ce contre quoi Pascal et les Solitaires de Port-Royal s’insurgent, c’est une certaine conception « maniériste » de la poésie et de la rhétorique, c’est-à-dire virtuose, sensuelle, courtisane et gratuite : ils voient dans un semblable mode d’écriture une émanation et une glorification de cet amour-propre qui constitue pour eux la racine de tous les maux. Mais s’ils condamnent l’outrance et l’exubérance « maniériste » dont ils retrouvent l’héritage, vers le milieu du XVIIe siècle, dans le courant précieux, les Messieurs de Port-Royal n’en reconnaissent pas moins un bon usage possible des figures les plus hardies, pour peu qu’elles soient humblement mises au service de Dieu. Pascal, si viscéralement hostile à toutes les formes d’affectation, n’est donc pas pour autant classique : il est bien davantage un baroque anti-maniériste.


Résumé anglais

For several decades, critics have discussed the baroque aesthetics in Pascal’s Pensées. Although Pascal’s style is sometimes regarded as classical, his writing abounds in extravagant figures – which he radically condemns in Jesuit writings – and his mental world is marked by typically baroque motifs. In order to disentangle those apparent contradictions and to go beyond the opposition between classical and baroque poetics, it is necessary to use the notion of mannerism. Of course, Pascal and the Solitaires of Port-Royal would not accept a mannerist conception of poetry and rhetoric because it implied virtuosity, sensuality and courtliness. They regarded such a mode of writing as the glorification of self-love, as well as the source of all evils. Yet, as they denounced mannerist excessiveness that was characteristic of the mid-seventeenth-century Précieux movement, the “Messieurs de Port Royal” claimed a right use of extravagant tropes, as long as they were subordinated to the humble service of God. Similarly, Pascal’s hostility to all ornate forms of writing does not mean he should be regarded as a champion of classicism: on the other hand, he should be more appropriately described as an anti-mannerist baroque writer.


Tony Gheeraert

Tony Gheeraert, normalien, est maître de conférences à l’université de Rouen et membre du CEREdI. Il a édité la poétique de Bernard Lamy (1998), publié Le Chant de la grâce. La poésie d’Arnauld d’Andilly à Racine (2003) et édité les contes de fées de Charles Perrault et de quelques autres conteurs (2005).


Article complet au format PDF
N.B. Si la fenêtre ci-dessous ne s'ouvre pas correctement, vous pouvez télécharger manuellement l'article en cliquant ici ou le récupérer en cliquant sur l'icône "Télécharger les articles" située tout en haut de la page;


Date de création : 25/04/2006 @ 11:23
Dernière modification : 05/10/2007 @ 21:54
Catégorie :
Page lue 1491 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^