CETTE PAGE EST UNE ARCHIVE. CONSULTEZ S.V.P. LA NOUVELLE VERSION DU SITE A L'ADRESSE

http://www.etudes-episteme.org
9 - 2006 - Saverio Ansaldi

Saverio Ansaldi, La double nature de l’ordre. Giordano Bruno et saint Augustin : à propos de la Cabale du cheval pégaséen, p. 143.

> Lire le résumé et la notice
> Télécharger l'article pdf
> Retour au sommaire



Résumé français

Dans ses œuvres morales (L’Expulsion de la bête triomphante, La Cabale du cheval pégaséen), Giordano Bruno se livre à une confrontation très approfondie avec la théologie luthérienne et augustinienne. Plus spécifiquement, G. Bruno remet en question la notion d’ordre, en opposant au Dieu transcendant et personnel de la tradition chrétienne la divinité immanente et productrice de toutes les choses dans l’univers infini. Il parvient ainsi à la formulation d’une anthropologie « problématique », selon laquelle l’homme n’occupe qu’une place périphérique et excentrée dans l’ordre infini des choses. Par là même, la philosophie de Bruno se présente comme une entreprise théorique dont la collocation épochale se situe en même temps entre les frontières de la Renaissance et du Baroque.


Abstract

In his moral works (Expulsion of the Triumphant Beast, The Caballa of the Pegasean Horse), Giordano Bruno grapples very thoroughly with the Lutheran and Augustinian theologies. More specifically, he questions the notion of order by pitting agains the personal, transcendent God of the Christian tradition an immanent divinity that generates all things in an infinite universe. He thus propounds a "problematical" anthropology according to which man only occupies a marginal and off-centre place in the infinite order of things. Bruno's philosophy therefore presents itself as a theoretical project appertaining both to the Renaissance and the Baroque era.


Saverio Ansaldi

Saverio ANSALDI est maître de conférences en philosophie à l’Université de Montpellier III – Paul Valéry. Il a publié La tentative schellingienne. Un système de la liberté est-il possible ? (L’Harmattan, 1993) ; Spinoza et le baroque. Infini, désir, multitude (Kimé, 2001). Il a également coordonné l’édition française des écrits de Carl Gebhardt, Spinoza. Judaïsme et baroque (Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000).


Article complet au format PDF
N.B. Si la fenêtre ci-dessous ne s'ouvre pas correctement, vous pouvez télécharger manuellement l'article en cliquant ici ou le récupérer en cliquant sur l'icône "Télécharger les articles" située tout en haut de la page;


Date de création : 25/04/2006 @ 11:20
Dernière modification : 05/10/2007 @ 21:45
Catégorie :
Page lue 1480 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^