Jacques Poirier

Université de Bourgogne


Entre catharsis et pharmakon : sur Fils de Serge Doubrovsky

 


Résumé / Abstract


Tandis que la tradition définissait le sujet comme pure conscience, le repliement narcissique auquel nous assistons suscite un retour du refoulé. Le socle de l’identité n’est donc plus le cogito, mais la vérité élémentaire du corps. Du coup, se multiplient des auteurs hypocondriaques, hantés par les dérèglements de leur organisme, comme il en va de Serge Doubrovsky, marqué par la maladie et dont les autofictions convertissent les maux en mots. Dans Fils (1977), la vie de l’auteur devient chronique médicale : en un jeu constant du somatique et du psychique, les maladies changent de forme, réactivées par la lecture du Larousse médical ou des récits de cas freudiens. Une telle œuvre ressemble donc au « pharmakon » de Platon, puisque le livre apparaît à la fois comme « purge » et « poison » : occasion de reconnaître que le mal est sans remède, et qu’il nous faut accepter l’irrémédiable.

The subject was traditionally defined by pure consciousness, but current narcissistic closure is the basis for a return of the repressed. Identity is thus no longer founded on the cogito, but on the elementary truth of the body. As a result we see now many hypochondriac writers being obsessed by their body disorders, such as Serge Doubrovsky, whose autofictions, focused on disease, turn his illnesses into words. In Fils (1977), the author’s life appears as a medical chronicle : his diseases undergo constant transformation and are reactivated when he reads the medical dictionary or narratives of Freudian cases. Doubrovsky’s book is thus close to Plato’s pharmakon, since it is both a purgation and a poison. It leads to the acknowledgement that there is no remedy for the disease, and that one must accept the irremediable.

L’auteur


Professeur de littérature française du XXe siècle à l’Université de Bourgogne, Jacques Poirier travaille sur les rapports entre la littérature et les sciences humaines. Il a notamment publié Littérature et Psychanalyse. Les écrivains français face au freudisme (1914-1944), Dijon, 1998 ; Les Ecrivains français et la psychanalyse, Paris, 2001 ; Judith. Echos d’un mythe biblique dans la littérature française, Rennes, 2004 ; ainsi que des collectifs sur les relations de la littérature et de la philosophie.



Pour citer l'article :

Jacques Poirier, « Entre catharsis et pharmakon : sur Fils de Serge Doubrovsky », Études Épistémè, 13, 2008. Usages thérapeutiques du littéraire, Les usages thérapeutiques du littéraire, p. 142-153.

URL: http://www.etudes-episteme.org/2e/?entre-catharsis-et-pharmakon-sur


Mentions légales
La consultation et la reproduction de cette page est soumise à la législation française en vigueur. Le droit de la propriété intellectuelle s'applique. Cette page est la propriété exclusive de l'éditeur. Toute exploitiation commerciale est interdite. La reproduction à usage scientifique ou pédagogique est seule autorisée, à condition de mentionner précisément les références de l'article (auteur, titre de la publication, date, éditeur).

La revue Etudes Epistémè est éditée par l'association Etudes Epistémè, Institut du Monde Anglophone, 6 rue de l'Ecole de Médecine, 75 006 Paris
Directeur de publication: Gisèle Venet
Rédacteur en chef : Line Cottegnies
Rédacteur en chef associé : Christine Sukic



Études Épistémè,
13, 2008. Usages thérapeutiques du littéraire

Table

Les usages thérapeutiques du littéraire

Varia

| | Table générale | Suivre la vie du site